Venezuela : les pays voisins augmentent la pression

Manifestations, barricades, interventions armées et violences policières sont le quotidien du Venezuela depuis de longues semaines. Étudiants, salariés et travailleurs réclament la démission du président Maduro, d’autant plus depuis l’élection de la nouvelle Assemblée constituante formée par le gouvernement. Bien décidés à soutenir le peuple, les pays voisins du Venezuela augmentent la pression sur le président.

venezuela pays voisins déclaration conjointe 12 pays maduro

12 signataires

12 pays majeurs du continent américain ont signé une déclaration conjointe qui condamne la politique du président Maduro et réclame une solution pacifique à la grave crise que rencontre le pays. En effet, c’est à Lima, au Pérou, que se sont rencontrés les représentants des 12 pays signataires de cette déclaration : Argentine, Brésil, Canada, Chili, Colombie, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Panama, Paraguay et Pérou. Parmi ces pays, les deux voisins directs du Venezuela : la Colombie et le Brésil qui ont refusé de reconnaître l’Assemblée constituante qui a été élue le 30 juillet 2017. Même si 5 des 17 pays invités à la réunion n’ont pas souhaité signer la déclaration, il ne fait aucun doute que celle-ci pourrait avoir du poids sur les relations du Venezuela à l’internationale et pousser Maduro à accepter les revendications du peuple.

L’établissement d’une dictature ?

L’ONU ainsi que les 12 signataires condamnent un usage immodéré de la force par le président et les forces de l’ordre. De son côté, le président reste soutenu par la Bolivie, Cuba, l’Equateur et le Nicaragua, mais ce dit près à ouvrir le dialogue. Qualifié de « rupture de l’ordre démocratique », pour beaucoup d’opposants politiques et de citoyens du Venezuela les actions du président ressemblent plus à l’établissement d’une nouvelle dictature dans le pays qu’à une tentative de dialogue. Bien décidé à ne pas renoncer, le peuple vénézuélien, semble toujours résolu à provoquer le départ du président Nicolas Maduro, même après les 125 morts causés par les manifestations depuis début avril.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>