Pas de « coup de pouce » pour le SMIC au 1er janvier

Depuis quelques temps, une rumeur faisait état d’absence de revalorisation du SMIC au-delà du taux de l’inflation au 1er janvier 2017, or selon les informations du Figaro, le nouveau premier ministre, Bernard Cazeneuve, s’apprêterait à confirmer cette décision dans les prochains jours.

smic-2017-absence-revalorisation

De fait, il aurait d’ores et déjà annoncé à plusieurs syndicalistes que le début d’année 2017 se ferait sans « coup de pouce », et ce conformément aux recommandations d’un comité d’experts en charge de l’évaluation de la revalorisation du SMIC. Ledit comité estimait notamment qu’en allant « au-delà de la formule de revalorisation légale », il existait un réel « risque de déstabilisation », compte-tenu d’une conjoncture du marché de l’emploi qui demeure fragile, d’un taux de chômage encore largement supérieur à la période d’avant-crise économique, sans oublier l’impact indirect du niveau du SMIC sur l’ensemble des négociations collectives. Or, si l’avis de ce comité n’a qu’une valeur consultative, plusieurs syndicats laissent entendre que le gouvernement suivra ses préconisations.

Pour mémoire, la méthode de calcul actuelle du SMIC prévoit une indexation sur l’inflation, telle que mesurée pour les 20% des ménages aux revenus les plus bas. La formule tient également compte du gain de pouvoir d’achat pour le salaire de base des ouvriers et employés. Concrètement, le SMIC brut s’élève, depuis le 1er janvier 2016, à 1466,62 € par mois pour une personne travaillant à plein temps (soit 151,67 heures par mois), et pour 35 heures de travail par semaine, le SMIC net mensuel s’établit à environ 1140 €.

In fine, c’est bien sûr le Président qui aura le dernier mot pour cette décision éminemment politique, mais toujours selon Le Figaro, François Hollande envisagerait également de refuser toute forme de « coupe de pouce », et la décision définitive du gouvernement serait annoncée aux partenaires sociaux le lundi 19 décembre. Bien entendu, les syndicalistes ne l’entendent pas de cette oreille, soulignant les difficultés quotidiennes que rencontrent les salariés rémunérés au SMIC avec seulement 1140 € par mois. Toutefois, cette décision s’inscrirait en cohérence avec la politique conduite par le gouvernement en matière de réduction – ou a minima de maintien – du coût du travail en France.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>