Le programme économique du nouveau locataire de l’Elysée

A peine élu en tant que Président de la République, Emmanuel Macron a fait savoir qu’il entendait lancer les premières réformes économiques de son mandat dès cet été, avant de poursuivre avec une seconde salve lors de l’élaboration du budget 2018. Lors de nombreuses élections à travers le monde, une théorie dite des « 100 jours » a été élaborée, partant du principe qu’il s’agissait d’un cap crucial pour vérifier de la capacité d’un chef d’Etat ou de gouvernement à implémenter – ou non – son programme. Mais M. Macron a déjà fait savoir qu’il réfutait la véracité de cette théorie, et qu’il préférait avancer de façon séquencée.

programme economique president macron

La première vague de réformes devrait donc être présentée dans les prochaines semaines, et concerner la réforme du Code du Travail, avec le souhait d’obtenir rapidement du Parlement le droit de légiférer par ordonnance pour approfondir certains aspects de la loi El Khomri. Il s’agit notamment d’aller plus loin en matière de décentralisation des négociations sur le temps de travail, ainsi que d’introduire un barème pour les indemnités prudhommales. Ces sujets sont pour le moins sensible, et bon nombre d’adversaires du président nouvellement élu lui promettent une rentrée sociale dantesque dans la rue. Nettement moins problématique, la simplification figure également à l’ordre du jour, puisque de multiples lois européennes ont été ajoutées au droit français sans suppression des normes équivalentes préexistantes. Emmanuel Macron veut aussi un audit des finances publiques, mais il ne prendra pas de décision suite à la remise du rapport avant le prochain débat budgétaire, à l’automne.

Plus tard, en 2018, il est prévu de supprimer la taxe d’habitation pour près d’un ménage sur 10, de transformer le CICE en basse de charge, ou bien encore de faire porter l’ISF que sur le patrimoine immobilier. Un prélèvement forfaitaire de 30% sur les revenus du capital viendrait simplifier la situation actuelle, et s’accompagnerait d’une hausse de 1,7 point de la CSG. Mais tout ceci est en réalité conditionné à l’accueil réservé aux premières réformes du Président Macron, et sur ce point, nous serons vite fixés.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>