Course à la présidentielle américaine: les chutes des favoris relancent les espoirs de leurs challengers

Ce mardi 5 avril, les électeurs républicains et démocrates souhaitant voter pour choisir leur candidat préféré à l’investiture de leur parti respectif ont incontestablement lancé un pavé dans la mare, en forme de sérieux avertissement pour les deux favoris, Hillary Clinton et Donald Trump.

Présidentielle amlricaine

En effet, du côté démocrate, c’est Bernie Sanders qui a remporté une large victoire sur la femme de l’ancien président, qui semblait jusqu’à présent hors d’atteinte. Idem pour Donald Trump dans le camp du Grand Old Party, sèchement battu par Ted Cruz, qui pourrait ainsi remporter la majorité des 42 délégués du Wisconsin. En tout cas, les réactions des perdants sont – comme souvent – aux antipodes, Mme Clinton félicitant son opposant, tandis que M. Trump a qualifié le sénateur du Texas ultra-conservateur de « pantin », et de « cheval de Troie » de l’establishment du parti, cherchant à lui « voler » sa nomination.

Cela étant posé, si Ted Cruz a remporté quatre des cinq dernières primaires républicaines, tandis que Bernie Sanders raflait six des sept derniers votes démocrates, les favoris conservent actuellement une large avance en termes de nombre de délégués. Les deux courses aux investitures s’avèrent donc plus serrées que jamais, ce qui ne manque d’ailleurs pas de renforcer encore l’attrait pour ce spectacle politique d’une ampleur inconnue en Europe.

Il convient également de souligner que l’actuel président, Barack Obama, semble de plus en plus las lorsque les journaux lui posent des questions sur l’élection en générale, et plus particulièrement du côté de ses opposants, dont il juge les programmes « farfelus ». Pour exemple, M. Trump a dans l’idée de faire construire un mur au niveau de la frontière avec le Mexique, et il veut se servir des transferts de fonds effectués par les sans-papiers mexicains présents sur le sol des Etats-Unis vers leur pays d’origine pour le financer… or une telle traque de chaque virement parait nettement irréaliste.

Quoi qu’il en soit, les prochaines élections primaires, le 9 avril au Wyoming pour les démocrates et le 29 avril dans l’Etat de New York pour les républicains, promettent d’être passionnantes.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>