Livret A : son taux peut-il descendre plus bas ?

Le livret A est un livret d’épargne réglementé, cela veut dire que c’est l’Etat qui en fixe le taux, qui sera proposé ensuite par les banques. Ce taux est définit en fonction de l’inflation actuel du pays. Ceci est une mauvaise nouvelle car l’inflation est au plus bas actuellement.

La réglementation en cours

Le taux de ce livret va être calculé deux fois par an, à savoir le 15 janvier et le 15 juillet. Pour faire le calcul du taux pratiqué, il suffit d’ajouter 0,25% au taux de l’inflation, et d’ensuite l’arrondir au quart de point le plus proche du chiffre obtenu.

Actuellement, l’inflation se stagne à 0,3%, et après un rapide calcul, on se rend rapidement compte que le taux pourrait donc descendre à 0,25%, et cela pourrait se faire très rapidement, c’est à dire dès le mois de Février.
Cela représenterait le taux le plus bas jamais proposé historiquement.

Il est cependant possible, que le gouvernement déroge à la règle en n’appliquant pas ce calcul, afin de ne pas connaître une nouvelle mésentente face aux détenteurs de cette épargne.
En effet, déjà en Juillet dernier c’est ce qu’il a été choisi de faire, après que le taux soit déjà passé à seulement 1%.

Des retraits massifs

Le Livret A a en effet connu une forte décollecte depuis l’annonce d’un taux à 1%, et cela risque de ne pas refaire machine arrière avec l’annonce d’un taux stable, voir en baisse. En effet, les clients vont préférer placer leurs économies sur d’autres épargnes, qui resteront bien plus rentables.

Lorsque l’annonce d’un taux à 1% a été faite ces livrets ont donc perdu beaucoup d’adeptes, avec des pertes d’argents très fortes enregistrées, tournant dans les 5 milliards d’euros.
Le changement s’est fait grandement ressentir, car les banques ont connu dans le même temps une forte hausse des ouvertures d’assurances-vie, dans le même temps.

Ceci est donc la preuve que les consommateurs vont donc chercher à obtenir les meilleurs taux, afin de faire fructifier au mieux leurs économies.

Des retraits massifs pourront donc être attendus de la part des banques, qui vont devoir y faire face, tout en essayant de conseiller au mieux les épargnants, sur des nouveaux moyens, qui ne perdraient pas autant de valeur en si peu de temps.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>