Jürg Stäubli : Une banque suisse ouvre ses portes au Kirghizstan

Une nouvelle banque voit le jour

Le 10 Septembre 2014, l’homme d’affaires suisse Jürg Stäubli a inauguré la première banque suisse de l’histoire du Kirghizstan. A l’origine de cette aventure, la mise au concours de la privatisation d’une banque étatique, la Kyrgyzdyikanbank. C’est la société de Jürg Stäubli, Petram Finance qui gagne l’appel d’offre pour créer ce qui deviendra la Kyrgyz-Swiss Bank. Les choses se mettront en place rapidement et l’arrivée d’un nouvel acteur, suisse qui plus est, sur la place financière kirghize semble être bienvenue.

Shamil Imanaliev, qui préside le conseil d’administration de la nouvelle banque, explique que celle-ci s’engage dans une stratégie de développement commercial à long terme. Il affirme également que la KSB entend s’appuyer sur la longue tradition bancaire suisse afin d’assurer fiabilité, professionnalisme et sécurité à tous ses clients.

Le nouveau bâtiment de la banque a été inauguré à Bichkek, où Jürg Stäubli avait été accueilli par un cortège de personnalités locales comprenant le vice-premier ministre Valeriy Isidorovich Dill, le ministre de l’économie Sanjar Mukanbetov, ainsi que le vice-président de la banque nationale Murbek Jenish. La KSB, qui avait débuté ses opérations plusieurs mois avant l’inauguration officielle a d’ailleurs terminé l’année sur une note positive, puisqu’elle a déjà dégagé un profit de près de cent mille dollars.

Le choix de Jürg Stäubli

Le choix de Jürg Stäubli de s’implanter au Kirghizstan n’est pas le fruit du hasard. Ce dernier explique cette décision stratégique par un souhait de vouloir pénétrer les marchés d’Asie centrale. L’Europe et les Etats Unis peinent à retrouver leur dynamisme et trainent d’importantes dettes qu’il sera difficile de surmonter ses prochaines années. A court terme, il semble donc que l’Asie devienne le moteur de la croissance mondiale et Jürg Stäubli entend bien y prendre part. Le Kirghizstan offre une porte d’entrée très appropriée vers ce marché prometteur.
Interrogé sur ce choix, il affirme que le Kirghizstan est voué à un futur brillant du fait de son ouverture croissante et de sa démocratisation qu’il estime trop avancée à ce jour pour connaître d’importants revers.

Depuis fin 2014, le Kirghizstan fait partie de l’Union Economique Eurasiatique, zone économique entrée en vigueur le premier janvier 2015 et qui regroupe l’Arménie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Kirghizistan et la Russie. Le président kirghize, Almazbek Atambaev se félicite d’ailleurs des excellentes conditions d’adhésion desquelles sont pays jouit.
Jürg Stäubli, outre ses activités bancaires, avait fait fortune dans l’immobilier, secteur dans lequel il est toujours actif dans son pays natal. Il dirige également la société CF&C Finance Suisse SA, société d’investissement et de gestion financière spécialisée dans les fusions et acquisitions ainsi que la restructuration financière. Enfin, Jürg Stäubli est également présent dans le monde de la diplomatie puisqu’il est le président du Cercle Diplomatique de Genève et poursuit divers mandats diplomatiques.

Au Kirghizstan, Il reste encore fort à faire en termes de développement économique et social, mais le pays semble déterminé à sauter à pieds joints dans le 21ème siècle. La lutte contre le terrorisme et la corruption sont une priorité aux yeux du gouvernement qui aimerait voir plus d’investissements étrangers comme celui qui a donné naissance à la Kyrgyz-Swiss Bank.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>