Le groupe PSA souhaite racheter Aramisauto.com

Après avoir restauré avec succès ses fondamentaux économiques dans le cadre du plan « Back in the Race », le fabriquant des Peugeot, Citroën et DS – le groupe PSA – décline concrètement les orientations de son programme de croissance stratégique, intitulé « push to pass ». Si nous avions déjà eu vent d’annonces concernant l’auto-partage et les véhicules connectés – sans parler de l’attrayante rechange automobile – voici à présent l’ouverture d’un nouveau chapitre du plan, celui des véhicules d’occasion. En effet, le groupe PSA ambitionne ni plus ni moins que de devenir rapidement un acteur majeur – à l’échelle globale – de ce marché.

rachat-psa-aramisauto-com

Pour ce faire, PSA a annoncé, le lundi 17 octobre 2016, que l’entreprise entrait en phase négociations exclusives pour le rachat du leader français de la vente online de voitures d’occasion, en acquérant la majorité du capital d’Aramisauto.com. Si le coût d’une telle opération n’a pour l’heure pas encore filtré – après tout, l’officialisation du rachat reste subordonnée à la consultation des instances représentatives du personnel, et à l’approbation des autorités européennes de la concurrence – il est certain qu’il s’agit d’un investissement conséquent pour le groupe PSA.

Pour Guillaume Paoli, co-fondateur d’Aramisauto.com, il s’agit là d’une remarquable opportunité de développement pour sa société, et ce tout particulièrement à l’international. De fait, selon ce que l’on sait pour l’heure de l’accord en cours de finalisation, Aramisauto.com pourrait rester autonome, mais se verrait assigner l’objectif de doubler le chiffre d’affaires – actuellement de 360 millions d’euros – en moins de deux ans, et en ciblant prioritairement les marchés européens.

Quant aux avantages que le groupe PSA entend retirer de cet investissement, le communiqué de presse évoque le fait de « rentrer sur le marché de la vente en ligne de véhicules d’occasion aux côtés d’un leader », avec en filigrane le demi-aveu d’une présence actuelle insuffisante sur ce marché, qui a tout de même représenté 5,6 millions de véhicules en 2015. A titre de comparaison, « seulement » 2,3 millions de véhicules neufs se sont écoulés sur la même période.

Les objectifs fixés par le présent, Carlos Tavares, sont en tout cas des plus clairs (et ambitieux) : 800 000 ventes d’occasion d’ici à 2021, tout en quadruplant les profits de cette activité.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>