La Fed s’apprête-t-elle à remonter (enfin!) ses taux ?

Fin août, comme chaque année à la même époque, la charmante petite ville de Jackson Hole, dans le Wyoming – située à quelques kilomètres du parc national du Yellowstone – devient l’épicentre de l’actualité économique mondiale. En effet, elle abrite alors le symposium des banquiers centraux de la Réserve Fédérale américaine, qui donne lieu à une multitude de rumeurs, et parfois de secousses sur les marchés financiers. Tous les acteurs sont en effet alors dans l’attente du discours de Janet Yellen, la présidente de la Fed.

FED remonter taux

Dans le cas présent, Mme Yellen a notamment déclaré que, compte tenu de « la solide performance du marché de l’emploi », ainsi que des « perspectives d’activité économie et d’inflation » favorables, « les arguments en faveur d’une augmentation des taux directeurs se sont renforcés au cours des derniers mois ». En théorie, une telle nouvelle est plutôt défavorable pour les marchés actions, mais la période de taux historiquement bas que nous vivons actuellement engendre parfois des situations que la théorie économique a bien du mal à expliquer – dont des taux d’intérêt négatifs durables – et il est sans doute temps d’y mettre un terme.

En tout état de cause, Mme Yellen s’est bien gardée de donner un calendrier concernant ces futures hausses des taux directeurs, et s’il serait logique de penser que cet événement se déroulera lors de la prochaine réunion de l’institution, les 20 et 21 septembre, ce n’est pas notre avis. De fait, la Fed semble toujours frileuse – d’aucuns diront tout simplement « prudente » – et plusieurs analystes (dont ceux de Capital Economics et de Goldman Sachs, par exemple) continuent de tabler sur une hausse unique dans l’année, au mois de décembre.

2En effet, bien que théoriquement indépendante du calendrier politique américain, la Fed est ici contrainte à l’attentisme vis-à-vis de l’élection présidentielle du mois de novembre. Si cela peut se comprendre, il n’en demeure pas moins vrai qu’à force de laisser entendre qu’une hausse de taux se profile à l’horizon à chacune de ses réunions, avant de finalement opter pour le statu quo, la Réserve Fédérale donne l’impression de crier au loup … et nous savons tous comment se termine cette comptine pour enfant.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>