Un spectre (élyséen) normal

Ce samedi 7 janvier, lorsque François Hollande a donné l’un de ses derniers discours en tant que Président de la République Française sur ses terres corréziennes, la scène a rapidement pris des allures fantomatiques. En effet, le discours s’est tenu sous un hangar sans fantaisie, ni d’ailleurs luminosité naturelle, si bien que l’estrade était littéralement sous le feu de puissants projecteurs, projetant l’ombre désincarnée de M. Hollande sur le mur pâle derrière lui. Indubitablement, pour le Président « normal », qui s’est lui-même décrit un jour comme « le spectre de l’Elysée », il y avait là une certaine ironie du sort. Et peut-être n’était-elle pas totalement fortuite.

Discours François Hollande 7 Janvier 2017

En effet, le discours initialement prévu, sur ce que signifie la ruralité en 2017, a largement été ignoré par François Hollande, qui était apparemment encore sous le coup de l’émotion, suite à la cérémonie des vœux dans son fief de Tulle. Pour tous les journalistes présents, aucun doute : le Président s’est lancé dans une tournée des adieux, ce qui n’a rien de très surprenant, puisqu’il entame les quatre derniers mois de son mandat et qu’il a choisi de ne pas se représenter. Ce qui a davantage surpris, c’est le ton métaphysique utilisé. Ainsi, il a indiqué avoir voulu « attirer au paradis » les Français, mais reconnait avoir abouti « au purgatoire », car, dit-il à son assemblée, « vous n’avez pas voulu le croire. » M. Hollande enchaîne ensuite par une énigmatique prédiction : « mais vous allez voir ce que c’est, le paradis … ». Etrange …

Sur un plan plus politique, le Président sortant a réaffirmé que de « grandes réformes » avaient été menée durant son mandat – citant le mariage pour tous et la réorganisation territoriale. Le chef de l’Etat a aussi voulu profiter de ce discours pour marteler qu’il existe selon lui une réelle possibilité de voir le Front National parvenir aux responsabilités ; « Tout peut basculer », a-t-il notamment fait savoir. Enfin, il a demandé aux candidats à la primaire du PS de faire preuve d’apaisement, pour permettre un « rassemblement de la gauche » avant le premier tour.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>