Zoom sur un investissement tendance, le crowdfunding immobilier

Le concept du crowdfunding, ou financement participatif dans la langue de Molière, est relativement simple puisqu’il s’agit pour les porteurs de projet de solliciter un panel aussi large que possible d’investisseurs particuliers, afin de se financer sans devoir recourir au prêt bancaire classique. Un temps limité aux start-ups et autres projets culturels, le crowdfunding touche désormais une large variété de domaines, y compris désormais l’immobilier. Les plateformes sur Internet proposant aux particuliers de financer des programmes de construction ou de rénovation se sont multipliées, et affichent d’alléchantes perspectives de rentabilité (plus de 5%).

Crowd funding Immobilier

Le postulat de base sous-jacent à l’apparition du crowdfunding immobilier est le suivant: un programme immobilier neuf – ou une rénovation importante dans l’ancien – ne peut se faire sans que le promoteur contribue à environ 20% du montant total des travaux, le reste provenant des banques (pour 40%) et des futurs acheteurs des biens immobiliers (pour 40% également). Cela étant posé, lesdits promoteurs rencontrent parfois des difficultés pour obtenir suffisamment de fonds propres, et le recours aux crowdfunders représente alors une solution idéale pour lever assez d’argent sans devoir solliciter davantage des organismes financiers qui demeurent assez frileux en ces temps de reprise économique au ralenti.

Pour les particuliers, le crowdfunding immobilier est une source intéressante de diversification du portefeuille d’investissement, à condition de prendre le temps de la réflexion pour trouver un projet solide. En effet, dans la plupart des cas, les rendements ne commencent à être distribués qu’après la vente effective de l’intégralité des biens construits (ou rénovés) dans le cadre du projet. De fait, le financement participatif étant encore récent dans le secteur de la pierre, nous ne disposons pas encore du recul nécessaire pour chiffrer les probabilités de succès – et, inversement, d’échec – d’un programme qui se financerait de cette manière.

Au final, comme toujours, le rendement rémunère un risque, et il n’est donc pas surprenant de voir des projets afficher près de 10% de rentabilité prévisionnelle ; ce n’est pas une arnaque, mais il faut garder l’œil vif pour éviter de mauvaises surprises.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>