La Corée du Nord a le sens de la rhétorique, mais a-t-elle perdu la raison ?

Lorsque les Etats-Unis ont annoncé le déploiement d’un groupe aéronaval – articulé autour du porte-avions géant « Carl Vinson – à proximité de la péninsule coréenne, le régime de Pyongyang a fait savoir qu’une telle manœuvre était sans doute susceptible d’effrayer les méduses (sic), mais sûrement pas la Corée du Nord. Quant aux frappes de 59 missiles BGM-109 « Tomahawk » sur la Syrie, les généraux nord-coréens ont fait savoir que si un tel casus belli devait se produire contre leur nation, elle riposterait immédiatement contre l’assaillant.

Corée du nord carl vinson tensions

Des mots forts, des menaces même, et une annonce qui pourrait mettre le feu aux poudres: Pyongyang a fait savoir, ce lundi 1er mai, qu’elle était prête à réaliser un essai nucléaire – le sixième de son histoire – à n’importe quel moment. Or si Donald Trump avait précédemment déclaré qu’il était prêt à rencontrer Kim Yong-Un, si les conditions étaient réunies, on se souvient également qu’un tel essai nucléaire pourrait entraîner des frappes aériennes immédiates de l’US Air Force et/ou de l’US Navy croisant à proximité.

Pour l’heure, la Corée du Nord ne dispose d’aucun missile balistique intercontinental susceptible d’atteindre les côtes américaines, mais est-elle en mesure de frapper durement son voisin du Sud? Oui, et cela ne fait aucun doute. Certes, l’aviation nord-coréenne n’est pas en mesure de s’imposer dans les cieux de la péninsule face à l’armada de Séoul – équipée en matériel US de pointe, dont les célèbres chasseurs/bombardiers F-15, dans une version spécifique « K », qui ne laisserait aucune chance aux Mig-21, 23 et 19 de Pyongyang.

Cependant, la Corée du Nord pourrait théoriquement lancer plusieurs dizaines de missiles balistiques sur les bases militaires américaines et sud-coréennes, avant de prendre ensuite le contrôle de la péninsule sans être inquiétée. Mais une telle attaque conduirait les Etats-Unis à renvoyer la Corée du Nord à l’âge de pierre, et si Pékin en est pleinement conscient, espérons que Kim Yong-Un l’est également.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>