La bataille de Mossoul en chant du cygne de l’EI

Ce dimanche 9 juillet est une date importante dans la lutte contre Daesch, sur le sol même de ce qui était autrefois le califat auto-proclamé de l’Etat Islamique (EI). En effet, Haïder Al-Abadi, premier ministre irakien, a fait savoir publiquement que la ville de Mossoul – la seconde plus grande du pays – avait été « libérée » de toute présence de Daesch. La victoire des forces armées irakiennes, largement appuyée par des frappes aériennes de la coalition, ne signifie cependant pas un arrêt total des combats, puisqu’il subsiste encore quelques poches de résistance djihadistes. Plus précisément, et selon le lieutenant-colonel Hussein, en prise direct avec Daesch, quelques 700 combattants seraient encore en capacité de se battre dans et autour de Mossoul. Néanmoins, d’une façon globale, la défaite de l’EI en Irak est indiscutable.

bataille mossoul 9 juillet

Dans la foulée de l’annonce de M. Al-Abadi, le Président français a tenu a rendre hommage à tous ceux qui ont « contribué à cette victoire », tout en soulignant l’implication des troupes françaises. Toutes les capitales occidentales ont d’ailleurs salué la reprise de Mossoul, mais certaines – comme le Royaume-Uni, au travers du ministre de la Défense – ont également rappelé qu’il restait encore beaucoup de travail avant de pouvoir considérer l’EI comme appartenant uniquement aux livres d’Histoire.

Pour mémoire, l’EI avait pris le contrôle de Mossoul en juin 2014, et si l’armée irakienne avait pu reprendre la partie orientale de la ville en janvier 2017, sa progression a été très lente, du fait d’une résistance féroce, dans un milieu urbain étroit, dense, et par définition favorable au défenseur. Pour le gouvernement de Bagdad, comme pour ses alliés, cette victoire n’est pas seulement majeure d’un point de vue stratégique, elle revêt aussi un caractère symbolique fort.
En effet, le leader de l’EI, Abou Bakr Al-Baghdadi, avait proclamé l’émergence du califat à Mossoul, il y a trois ans de cela. Or, depuis 2014, des quartiers entiers ont été réduits en ruines, et si la situation parvient enfin à s’apaiser suite aux départs des combattants de l’EI, ce ne sont pas les habitants de cette cité millénaire qui s’en plaindront.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>