Affaire « Un gynécologue viole une femme-policier »

Les temps sont brumeux, pour le Docteur Sorou Assomption, en service dans une clinique à Yopougon-Ananeraie . Dans notre parution d’hier, nous faisions état de son arrestation par le commissariat de police du 17ème arrondissement de Niangon. Ce, pour les graves faits de viol dont il est accusé par le sergent de police dame G.L, en service dans l’une des institutions de la place. Mis aux arrêts le vendredi dernier 22 février, le médecin hier lundi 25 février, aux environs de 11h, a été déféré devant le parquet de Yopougon, sous le chef d’accusation d’attentat à la pudeur. Mais à l’analyse du dossier, le parquet de Yopougon a jugé les faits suffisamment graves et les a requalifiés. Au lieu donc de d’attentat à la pudeur qui aurait pu le faire juger en flagrant délit, le toubib est cette fois frappé du chef d’accusation de viol. Les articles 354 alinéa 1er et 359 alinéa 2 du code pénal, lui ont été appliqués. De sources proches du parquet de Yopougon, une information judiciaire a été ouverte contre lui. Le dossier qui prend une tournure assez amère pour lui, a été transmis au doyen des juges d’instruction au premier cabinet. Le Docteur Sorou a donc été placé sous mandat de dépôt et convoyé à la Maca, où il devra attendre son procès qui pourrait, dit-on, ne pas intervenir maintenant. Et il risque fort de passer devant la Cour d’Assises. Parce que la loi réprime fortement le viol jugé au même pallier que les meurtres et autres assassinats. En tout cas, en attendant d’y arriver, le médecin continue de clamer son innocence. Dans nos prochaines parutions, nous reviendrons sur des témoignages à nous apportés à la suite de la parution de notre article. Et ceux-là ma foi, ne sont pas du tout faits pour arranger le Docteur Sorou qui serait un habitué de telles pratiques avec certaines de ces patientes. Vrai ou faux ? Nous attendons de voir. Une chose est certaine, le médecin se retrouve sous un mauvais bistouri. Rappelons pour mémoire, que le sergent de police dame G.L a expliqué que le mardi 19 février dernier, au cours d’une consultation, le médecin lui a fait de bien vilaines choses. A l’en croire, l’homme profitant d’une posture singulière dans laquelle il l’a obligée à se tenir, sous prétexte qu’il cherchait l’utérus avec au départ ses doigts dans un gang, l’a subitement pénétrée. Et sans préservatif en plus. Touchée dans sa dignité de femme et de plus, mariée, elle a donc porté plainte. La suite est connue. En tout cas, nous reviendrons sur cette affaire qui ne manque pas de susciter des débats dans les foyers et autres lieux publiques.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>